Le Carnaval des animaux

1 + 1 = 1

1 coup de coeur musical + 1 coup de coeur poétique
= 1 spectacle zoologiquement festif

Il s’agit pour moi d’allier déambulations musicale, poétique et plastique. A travers l’univers poétique de Carl NORAC, un comédien et deux pianistes nous font entrer dans le bestiaire musicalde Saint-Saëns.

Polyphonie musicale et poétique, « Le Carnaval des Animaux » nous plonge dans l’univers ludique de la communauté des « ani - mots ». Fantaisie zoologique à voir et à entendre, ce spectacle tout - public propose une visite romantique d’une des oeuvres majeures d’un compositeur salué par Hector BERLIOZ comme étant « l’un des plus grands musiciens de son époque ».

Gérard Audax

C’est à l’occasion du mardi gras de l’année 1886 que fut donnée en première audition la célèbre « Grande fantaisie zoologique » de Camille Saint-Saëns. Interprétée lors de séances privées, elle ne fut d’ailleurs publiée qu’après la mort du compositeur, à l’exception de la pièce « Cygnes ».
Dans ce spectacle, un mammifère à deux jambes, deux bras, deux pieds, deux mains, annonce chacune des bêtes musicales : « J’ai le pouvoir de les faire défiler en songe devant vous, maintenant », lance le comédien Jean-Paul Farré sur les mots de Carl Norac.
S’ensuit une irrésistible parade, pleine d’humour et d’ironie, Saint-Saëns n’ayant pas hésité à brocarder quelques-uns de ses plus célèbres confrères. Ainsi reconnaît-on une élégante et primesautière « danse des Sylphes » de Berlioz, revisitée par la grâce de « L’Eléphant » ! On s’amuse aussi à entendre le dynamique quadrille d’Orphée aux Enfers de Offenbach confié aux… « Tortues ». Ou encore quelques vieux chants français et l’air de Rosine dans Le Barbier de Séville de Rossini, réduits à l’état de « Fossiles » musicaux ! Drôle d’animaux aussi que ces deux « Pianistes » obsédés des gammes, fausses notes comprises… Délicieusement (et malicieusement !) interprétés par de « vrais » pianistes : le duo Benzakoun, dont la clarté du son, le luxe des nuances et la parfaite complicité enchantent le public depuis plus de vingt ans. Leur transcription pour deux pianos de ce bestiaire musical offre de saisissantes sonorités, tour à tour sautillantes (« Kangourous »), percussives (« Hémiones »), ou scintillantes (« Aquarium »).
Ludovic Meunier habille ces notes et ces mots de subtils jeux d’ombres et de lumière de Frédéric Boch. Lors de la ronde finale où défile l’ensemble de la ménagerie, le scénographe a imaginé des jeux visuels qui, progressivement, « guideront le spectateur vers un final carnavalesque ». Laissons le dernier mot au metteur en scène Gérard Audax, qui résume bien l’esprit du projet : « un spectacle zoologiquement festif » !
Grégoire Caux

La presse en parle
 
 

Samedi 18 avril 2015 à Prissac (36)
Mardi 17 novembre 2015 à l’opéra de Limoges
Samedi 12 décembre 2015 à Saran (45)
Vendredi 8 avril 2016 à Breuillet
Dimanche 22 janvier 2017 à Pithiviers (45)
Samedi 9 décembre 2017 à Chessy (77)

Musique : Camille SAINT-SAËNS
Texte : Carl NORAC
Mise en Scène : Gérard AUDAX
Scénographie : Ludovic MEUNIER
avec
le duo BENZAKOUN
et
Jean – Paul FARRÉ ou Aurélie AUDAX
Construction décor : Jacques MEUNIER, Éric KLATT
Lumières : Frédéric BOCH


(PDF – 654.8 ko)
        
 

Clin d’œil bénéficie du soutien de la ville de Saint-Jean-de-Braye, du conseil général du Loiret et du conseil régional du Centre.